Une femme est sortie de chez elle il y a 70 ans et n’est jamais revenue. Ce que sa famille a trouvĂ© dans la maison les a rendus millionnaires

Une logeuse parisienne a un jour quittĂ© sa maison avec une seule valise dans les mains. L’appartement fermĂ© Ă  clĂ© n’avait pas Ă©tĂ© visitĂ© depuis 1939.

C’Ă©tait la Seconde Guere mondiale. Lorsque les troupes nazies ont envahi Paris en 1939, certains habitants de la ville ont fui leurs maisons, craignant pour leur vie. Ils ont dĂ» laisser leur logement et leurs biens pour secourir leur vie.

La femme a pu quitter Paris. Son but Ă©tait de s’Ă©loigner le plus possible des lignes de front. Lorsque les combats en Europe ont pris fin et que les gens ont commencĂ© Ă  rentrer chez eux, pour une raison quelconque, Mademoiselle de Florian a dĂ©cidĂ© de rester dans un autre pays.

La raison de cette dĂ©cision reste aujourd’hui un mystĂšre, mĂȘme pour ses plus proches parents. Dans ses conversations avec eux et ses amis, l’ancienne Parisienne n’a jamais mentionnĂ© qu’elle pourrait avoir un endroit oĂč vivre dans la capitale française.

Mais Florian n’a pas effacĂ© son ancienne maison de sa mĂ©moire, mĂȘme si cela semble ĂȘtre le cas. Pendant toutes ces annĂ©es, elle avait payĂ© toutes les factures et Ă©tait la propriĂ©taire lĂ©gitime de l’appartement.

Les proches n’ont dĂ©couvert l’appartement parisien de la dame qu’aprĂšs sa m ort. L’avocat qui a lu le testament du de  funt leur en a parlĂ©. Il a remis aux hĂ©ritiers un trousseau de clĂ©s anciennes et leur a donnĂ© l’adresse exacte de l’appartement.

En se tenant devant la porte de l’appartement de Florian, les proches ressentent une grande excitation. Ils ont eu la sensation de se trouver devant une machine Ă  remonter le temps, d’en franchir le seuil et de voyager 70 ans en arriĂšre.

A l’intĂ©rieur, ils ont pu constater que l’intĂ©rieur Ă©tait dĂ©labrĂ© mais toujours luxueux. Les fenĂȘtres Ă©taient encadrĂ©es de lourds rideaux en tissu coĂ»teux, les plafonds Ă©taient dĂ©corĂ©s de stucs.

Les chambres étaient meublées de somptueux meubles anciens et de nombreux tableaux, vases, horloges et statuettes.

Il semble qu’avant la guere, la maĂźtresse de maison vivait trĂšs bien.

Ses proches ont rĂ©ussi Ă  vendre l’appartement et son mobilier, gĂ©nĂ©rant une importante somme d’argent. Elle a ainsi pu assurer un riche hĂ©ritage Ă  ses proches en ne retournant pas dans son pays d’origine Ă  l’Ă©poque.

Aime ce poste? S'il vous plait partagez avec vos amis: